Actualités

Tous les jours, elle parlait de moi à ses amies au téléphone et elle m’insultait

Depuis le début du confinement, plusieurs jeunes LGBT sont victimes de violences intra-familiales.

Nous prenons aujourd’hui exemple de Dimitri son pseudonyme modifié, à sa demande.

Une semaine après avoir dû partir du domicile, où il vivait avec sa mère, ses deux frères et sa sœur, en grande couronne francilienne, Dimitri, 19 ans, ne comprend toujours pas le geste de sa mère.

Elle m’a dit de faire mes valises un matin, sans m’indiquer la raison. Mon frère m’a dit que c’était parce qu’elle avait appris mon homosexualité.

Dimitri

Parce qu’il en a entendu parler à la télévision, il compose le numéro de La Fondation Le Refuge. Le soir-même, il est hébergé à l’hôtel. Si l’association a pu réagir aussi promptement, c’est que le gouvernement a débloqué, le 24 Avril, une aide exceptionnelle de 300 000 euros pour héberger les personnes LGBT victimes de violences dans leurs foyers, un plan d’urgence, annoncé par Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargé(e) de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

La Fondation Le Refuge est pour l’instant la seule association conventionnée avec la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRASH), pour concrétiser ces hébergements.

Le confinement exacerbe en effet les violences que subissent les jeunes LGBT dans leurs familles. La ligne d’urgence de l’association reçoit ainsi beaucoup d’appels de jeunes en détresse depuis le début du confinement.

Faute d’orthographe ? Veuillez nous en informer en sélectionnant le texte et en appuyant sur « Ctrl + Entrée ».

Kevin

Kevin

Rédacteur LGBT France.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *