Actualités

Réseaux sociaux : des initiatives contre la cyberhaine

Alors que la loi pour la lutte contre la cyberhaine a été adoptée par l’Assemblée le 9 Juillet 2019, et en attendant qu’elle porte ses fruits, certains internautes n’ont pas attendu et se sont mis en quête de signaler tout contenu homophobe que l’on puisse trouver sur les réseaux sociaux, en particulier sur Twitter.

Une quarantaine d’internautes lutte contre l’homophobie sur les réseaux sociaux. Dans un groupe de discussion privé sur Twitter, un seul objectif : référencer tous les tweets homophobes qu’ils pourraient détecter afin de signaler ces propos auprès de Twitter.

Le principe est simple, les internautes postent au sein de la discussion tous les messages repérés, les uns après les autres. Après seulement quelques jours au sein de ce groupe, quelques constats s’imposent.

Je salue le travail remarquable de ces internautes, qui se retroussent les manches et contribuent chaque jour à ce que la loi et surtout les règles soit respectée concrètement. Devant l’avalanche de messages à signaler, l’ampleur de la tache se révèle titanesque.

Dylan Fouville
Gérant LGBT France

Il est hautement probable que de tels groupes se montent sur les réseaux sociaux avec ce même objectif.

Si tous les tweets signalés sont bien francophones, beaucoup ne sont pas issus du territoire français. Pour ceux qui sont issus du territoire français, pas de problème : après le signalement, la suppression et le bannissement du compte, rarement des poursuites.

Depuis quelques jours, LGBT France participe également. Vous pouvez le voir sur son profil Twitter dans « Tweets et réponses » après signalement et l’ouverture d’enquête de Twitter, le compte tweet en réponse :

Plus qu’à attendre la réponse de Twitter et généralement, la surprise !

LGBT France à depuis mis en place pour les internautes, une plateforme pour les signalements des propos homophobes. Elle est gratuite et disponible 24/24 et 7/7 depuis :

Sur la plateforme, vous pouvez signaler les messages homophobes et également voir la page des signalements des autres internautes.

L’injure non publique commise envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre est punie de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe, soit 1 500 € au plus (art. R. 625-8-1 du Code pénal). Des peines complémentaires peuvent en outre être prononcées (travail d’intérêt général, interdiction de porter une arme, etc.).

L’injure commise par tout moyen de communication au public par voie électronique, envers une personne ou un groupe de personnes, à raison de leur orientation ou identité de genre, est un délit puni d’une peine maximale d’un an d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende (art. 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

Faute d’orthographe ? Veuillez nous en informer en sélectionnant le texte et en appuyant sur « Ctrl + Entrée ».

Manon

Manon

Je suis rédactrice chez LGBT France :)

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Avatar
    baptistebouvier a dit :

    superbe action ! 😀

  2. Avatar
    booter a dit :

    Merci pour ce que vous faites !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *